Category Archives: Events

JOURNÉE D’ÉTUDES “ÉCRITURES BIOGRAPHIQUES”

19 mai 2016

lerma-405x270LERMA (EA 853)IRASIA (UMR 7306)
MAISON DE LA RECHERCHE
Aix-Marseille Université
29, avenue Robert Schuman
13629, Aix-en-Provence

FÉDÉRATION CRISIS
Biography Practice and Theory

  1. Participants:

Doctorants :

  • François DUBOIS (IrAsia, ED 354), « Le personnage de Mo Yan dans l’œuvre de l’écrivain chinois Mo Yan, prix Nobel de littérature en 2012 »
  • Alexandre Tremblay (doctorant LERMA) : « Les biographies de Lytton Strachey »
  • Maryam Thirriard (doctorante LERMA): « Le mouvement de la Nouvelle Biographie »

Intervenants extérieurs :

  • Hans Renders (Biography Institute, Université de Groningue, Pays-Bas) : « Le Tournant biographique »
  • Martine Boyer-Weinmann (PASSAGES XX-XXI, EA 4160, Lyon 2) : « Biofictions : Le Beau Tempsde Maryline Desbiolles et les biographies de Maurice Jaubert ».
  • DOAN Cam Thi (MCF, INALCO, Paris) : « Le genre autobiographique dans la littérature vietnamienne des XXe et XXIe  siècles »
  • Evelyne Toussaint (LESA) : « Art contemporain et écritures biographiques postcoloniales »

Enseignants chercheurs et chercheurs AMU-ALLSH :

  • Noël Dutrait (Pr, Irasia) : « Autofiction chez Gao Xingjian »
  • Laurence Husson (CR1, CNRS, IRASIA) : « Récits de vie de migrants de l’Asie du Sud-Est »
  • Alexis Nuselovici (CIELAM) « Le roman exilique : Allemagne, 1939 »
  • Catherine Mazauric (CIELAM): récits de vie de migrants : “Chercher ou sculpter la vie : des écritures africaines de soi”
  • Philippe Mioche (Pr, TELEMME) : « Mémoires de grands chefs d’entreprise »
  • Joanny Moulin : « Les écritures biographiques aujourd’hui »
  • Jade Nguyen : « Tan Da : Un poète vietnamien début XXe »
  • Sophie Vallas (LERMA) : « Jerome Charyn : entre biographie et autobiographie »
  • Philippe Forest : « Autofiction et biofiction » (à confirmer)

II. Argumentaire:

Depuis plus décennies, mais de manière très marquée à l’époque actuelle, un “tournant biographique” s’est produit dans les humanités, qui se manifeste dans les travaux universitaires, mais aussi dans les pratiques culturelles, et en particulier dans les littératures et les arts contemporains. Le phénomène ne se limite ni à certaines disciplines des humanités, ni à certaines aires géographiques, mais semble bien avoir une dimension globale qui a tout à voir avec l’esprit du temps. Dans les universités, cela s’est traduit par un regain d’intérêt pour l’étude des genres de la biographie, de l’autobiographie, de la fiction, de l’autofiction, de la biofiction et du biopic, mais aussi par l’usage important qui est fait des récits de vie dans plusieurs sciences humaines comme la psychologie, la sociologie et l’anthropologie, mais encore par le fort attrait de certains historiens pour l’histoire des individus, dans le sillage du mouvement de la microhistoire et d’autres encore qui cherchent à explorer d’autres voies que celles de la longue durée. Dans le monde anglophone en particulier, le “life writing” a émergé comme une discipline universitaire à part entière, avec ses laboratoires de recherche, ses structures d’enseignement, ses revues et ses sociétés savantes. Dans une certaine mesure, ce tournant biographique est un retournement ou un dépassement du “tournant linguistique” qui des décennies antérieures (voir Richard Rorty, The Linguistic Turn. Essays in Philosophical Method, Chicago: University of Chicago Press, 1967).

C’est d’abord en Chine, à l’université de Pékin, qu’a été fondée en 1999 l’IABA (International AutoBiography Association) dont s’est constituée en 2009 la branche Européenne IABA-Europe. Parmi les structures très actives dans ce champ de recherche émergent au niveau international, citons entre autres le Biografie Instituut de l’université de Groningen, le Ludwig Botzman Center de Vienne, The Oxford Centre for Life-Writing, Leon Levy Centre for Biography de la City University de New York, mais aussi le Center for Biographical Research  de l’université de Hawaï et sa revue interdisciplinaire Biography, et encore la Biographers International Organization (BIO), dont les activités constituent un lien précieux entre universités et société civile.

Dans le monde extra-universitaire des productions culturelles, un puissant tropisme biographique, tout particulièrement dans la littérature, avec le développement de ce qu’on appellera ici au sens large les biofictions: (auto)biographies fictionnelles et/ou fictions (auto)biographiques. Voir, entre de nombreux autres exemples remarquables, la Revue des Sciences humaines, 263.3 (2001), ou bien Les nouvelles écritures biographiques (eds R. Dion & F. Regard, Paris: ENS Éditions, 2013). Le phénomène est l’équivalent littéraire de  l’essor qu’à pris le biopic (film biographique fictionnel ou documentaire) dans le cinéma et la télévision.

Le développement de l’internet et plus généralement des humanités numériques (HN) offre une résonance planétaire et des moyens d’expression démocratiques à cette de libido biographica, avec le développement en ligne de dictionnaires biographiques institutionnels (voir au Royaume-Uni le DNB, Dictionary of National Biography, et ses homologues dans d’autres pays), ou plus populaires (Wikipedia), mais aussi les blogs et pages personnelles des réseaux sociaux, etc. Les pratiques collaboratives qui caractérisent les humanités numériques et la nature très évolutive de leurs productions multimédias rétroagissent sur les écritures biographiques culturelles et universitaires, dont elles modifient les moyens et les méthodes (data mining, ressources en ligne, édition numérique, etc.)

Les études biographiques, qui dans le monde universitaire se donnent pour objet les écritures biographiques sous leurs diverses formes, sont en train de se constituer comme un champ émergent, pluridisciplinaire et très dynamique. Au sein de la Faculté AMU-ALLSH AMU, dans plusieurs disciplines des Humanités, des enseignants chercheurs se tournent vers les écritures biographiques comme objet ou pratique de recherche, avec des méthodes et des approches qui leur sont propres et qui se caractérisent par une riche diversité. Cette journée d’étude a pour  objectif de  faire  rencontrer ces chercheurs, afin de rendre visible les grands axes d’une dynamique de recherche commune, dans la perspective de déboucher prochainement sur des projets collaboratifs plus ambitieux.

La nature même du projet est de préserver avant tout une grande ouverture . Néanmoins, certaines thématiques fédératrices s’imposent d’elles-mêmes. Un grand nombre de communications aborderont les rapports entre fiction et non-fiction,  ou la façon dont les écritures biographiques renouent des liens entre les humanités et le monde vivant ( ??). Réflexions sur la temporalité humaine, soifs individuelles d’histoire et d’historiographie, qui s’interrogent sur la manière dont le passé et la façon dont on l’écrit éclairent le présent et le futur, par diverses mises en actes de ce que Paul Ricoeur appelle “mimésis création”. Productions littéraires et artistiques qui renouent avec leurs lecteurs et leur public en “écrivant des vies”, c’est-à-dire en proposant des œuvres qui nourrissent et éclairent la vie actuelle comprise comme exploration de l’espace des possibles. Ce sont par exemple des récits de migrants qui font par nécessité ou stratégie le récit de leur vie, et dont la migration même se conçoit à bien des égards comme l’écriture d’un avenir possible. Éléments d’investigation sur la manière dont les écritures biographiques sont l’un des biais par lesquels les Humanités universitaires tissent de nouveau liens avec la vie de la société.

La diversité relativement forte des participants, en terme de particularités disciplinaires aussi bien que d’aires culturelles de spécialité, est tout à la fois une difficulté qu’il faut surmonter et ce qui, outre l’aspect innovant que présente en soi la notion d’écritures biographiques, fait le principal intérêt de cette journée d’études, qui vise à rapprocher des chercheurs dont les travaux et préoccupations sont  convergents  mais trop souvent cloisonnés. C’est pour cette raison que les organisateurs proposent que La journée d’études se déroulera selon le principe de panels successifs de trois ou quatre intervenants, qui ne liront pas leur communication in extenso, mais en présenteront les points forts en 15 minutes maximum, de manière à favoriser les échanges avec l’auditoire sous forme de questions et réponses. La démarche vise à dégager et animer une dynamique transdisciplinaire, qui tirerait sa force de la conjugaison d’énergies multiples.

Biography Theory Workshop

lerma-405x270Maison de la Recherche
29 avenue Schuman
Aix-Marseille Université
6 November 2015
Multimédia T1 – 3.09
9h30-12h – 14h-16h30
LERMA (EA 853)

Cet atelier se propose de réunir un panel international des principaux chercheurs qui ont récemment contribué d’une manière ou d’une autre à la théorisation des études biographiques. L’objectif de l’atelier consistera à apporter des réponses à des questions de trois ordres. (1) Définition du champ de recherche que constituent les études biographiques, ou le « life-writing » au sens large. Dans quelle mesure serait-on fondé à parler d’une discipline carrefour émergente dans les lettres et sciences humaines ? (2) Définition de l’état de l’art de la recherche en études biographiques. Quelles sont les questions qui s’imposent aujourd’hui à la recherche dans ce domaine ? (3) Comment expliquer et surmonter ce que certains chercheurs appellent la « résistance à la théorie » de la biographie, et quelles méthodes convient-il de mettre en œuvre pour développer une théorisation / modélisation de ce champ de recherche ?

This workshop brings together a panel of some of the major international researchers and writers who have recently contributed to the theorization of biographical studies. The objective is to bring answers to questions mainly on three heads: (1) Definition of the research field of biographical studies in the wider sense. To what extent can biographical studies (life writing?) be viewed as an emerging “crossroads discipline” in the humanities? (2) State of the art of research in biographical studies. What are the issues at stake today? (3) How to explain and surmount the alleged “Theorieresistenz” of biography, and what methods should be best applied to develop a theorization / modelization of the field?

Day 1 (6 Nov) will be public, and devoted to the state of the art. On Day 2 (7 Nov) the workshop will operate as a select committee.

6 November
Programme :

9:30 – 10:15 Joanny Moulin (LERMA, Aix-Marseille Université)
10:15 – 11:00 Hans Renders (Biography Institute / University of Groningen)
11:15 – 12:00 Nigel Hamilton (McCormack Graduate School / UMass Boston)

14:00 – 14:45 Sigurdur Magnusson (Reykjavík Academy / National Museum of Iceland)
14:45 – 15:30 Binne de Haan (Biography Institute / University of Groningen)
15:45 – 16:30 Martine Boyer Weinmann (Université Lumière-Lyon 2)

Organisateur: Pr Joanny Moulin  joanny.moulin@univ-amu.fr

Table ronde “RÉCITS DE VIE”

 

Journées portes ouvertes
École Doctorale “Langues Lettres et Arts” (ED 354)
26 novembre 2015 
Table ronde n°2
11:15 – 12:45

RÉCITS DE VIE

Jusqu’où s’exerce la puissance configuratrice du récit de vie ? Au-delà des individus, modèle-t-elle aussi nos relations à l’espace, voire l’espace lui-même ? Ces questions seront abordées dans le contexte, crucial aujourd’hui, des migrations, particulièrement en Méditerranée. Car écrire une vie revient toujours, d’une façon ou d’une autre, à explorer l’espace des possibles, en « cherchant sa vie » en d’autres lieux. Peut-être même que vivre, c’est déjà écrire sa vie : chercher, créer ma trace propre dans des espaces multiples et en constante évolution, qui font de moi ce que je suis, mais qu’à ma manière je façonne en retour. De même, écrire une vie est une tâche impossible : on ne peut que la simuler, c’est-à-dire l’imaginer. Peut-être faut-il chercher là les raisons de la fascination que le biographique exerce de nos jours sur les lecteurs comme sur les études littéraires. Comment expliquer l’engouement actuel pour les biofictions, où la fiction s’hybride avec la non-fiction ? Se pourrait-il que nous reprenions goût à la lecture dès lors qu’elle nous présente non pas une réalité historique, mais une « fiction vraie  de ce qui pourrait être, et dont l’exploration nous fait vivre plus intensément ?

Responsables : Joanny Moulin et Catherine Mazauric

Intervenants :

  1. Catherine Mazauric, PR (CIELAM)
  2. Françoise Beauguion, doctorante (CIELAM)
  3. Jade Nguyen, MC (IRASIA)
  4. Joanny Moulin, PR (LERMA)
  5. Judith Obert, MC (CAER)
  6. Maryam Thirriard, doctorante (LERMA)
  7. Yannick Gouchan, PR (CAER)